La loi du moindre effort

Pêcheurs dans la brume sur la Maine.

Continuons notre petite initiation à la criminologie environnementale.

La loi du moindre effort est bien connue et les criminels n’y échappent pas. Ainsi les chercheurs ont déterminé que la fréquence des crimes diminuait avec la distance par rapport au domicile des criminels.

C’est une règle qui se vérifie souvent : les criminels vont chercher leurs cibles le moins loin possible de leur point de départ. Moins d’effort, moins de route à faire… Mais pas tout proche tout de même car c’est prendre le risque d’être reconnu. Si vous voulez, par exemple, voler les sacs à main des vieilles dames, mieux vaut aller dans le quartier d’à côté où vous aurez moins de chances de tomber sur votre voisine d’en face, mais pas à l’autre bout de la ville quand même, d’abord parce que vous ne connaissez pas bien ces lieux (vous y allez rarement, vous y êtes en dehors de votre « zone de confort ») et parce que vous ne voulez pas faire plus d’efforts qu’il n’en faut. Attention ! Certains criminel ont des terrains de chasse (si j’ose dire) à dessein très éloignés de leur domicile, justement pour troubler les pistes. Je me souviens par exemple de voleurs de cuivre qui agissaient à trois cent kilomètres de leur domicile (mais les receleurs à qui ils refourgaient la marchandise étaient proches de chez eux, petite faiblesse de leur système). Disons qu’en général votre délinquant lambda agit en général à proximité de chez lui et surtout dans des lieux qu’il connait bien.

Cette règle, qui a des exceptions, est très utile pour identifier les malfaisants. Par exemple : vous avez des cambriolages en série à un endroit, en mettant des punaises sur la carte à chaque cambriolage vous pouvez déterminer le terrain de chasse préféré de votre cambrioleur et en déduire son point de départ. C’est ce que je fais assez souvent, mais avec un ordinateur et un logiciel de cartographie, c’est plus sophistiqué qu’avec des punaises et une carte Michelin, mais c’est le même principe ! C’est très utile quand on s’attaque à ce qu’on appelle pudiquement « la délinquance itinérante », c’est à dire aux vols commis par les nomades : parfois on peut suivre à la trace leurs déplacements sur une année, de petits nuages de points en petits nuages de points sur la carte d’une région de notre beau pays.

Le point de départ n’est pas forcément le domicile du délinquant, ça peut être son lieu de travail, son campement, le logis de sa maman ou de sa petite amie, une aire d’autoroute où il a ses habitudes, en tout cas toujours ou presque une zone qu’il connait bien et où il sait pouvoir trouver les objets de sa convoitise en nombre suffisant pour lui permettre de choisir la plus vulnérable.

Pour trouver ces cibles le criminel utilise un certain nombre de stratégies que, vous pensez bien, les chercheurs en criminologie environnementale, se sont employés à modéliser. Mais nous verrons ces modèles la prochaine fois.

2 commentaires sur “La loi du moindre effort

  1. Bien sûr, et c’est la même chose pour les herbivores. D’ailleurs ce sont les mêmes modèles (foraging models) qui sont utilisés.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.